Li Baladi ou «Li Baladoun » ?

« Li Baladi », un mouvement politique est né … La nouvelle plateforme née de la société civile veut bâtir un État qui répond aux besoins des citoyens » (L’OLJ).

Félicitations pour cette nouvelle naissance qui veut bâtir un État qui réponde à nos besoins, mais nos besoins de citoyens ne sont pas seulement de nature sociétale, et sont subordonnés, par ordre de priorité, et selon l’échelle rationnelle des besoins de tout citoyen qui se veut libre, au besoin de souveraineté nationale, qui manque à votre programme électoral. Vous voulez nous faire vivre mieux dans l’invivable, l’occulter ou nous le faire oublier.

L’invivable, c’est l’existence d’un mini-État dans l’État, d’armes illégales, de périmètres de sécurité et de camps qui échappent au contrôle de l’État, de milices lourdement armées qui font notre pluie et leur beau temps, de hors-la-loi qui font la loi, qui tiennent les commandes et les ficelles de la nation, sous-tendue de négations.

L’invivable, c’est la « nouvelle tutelle » qui s’installe dans l’hôpital où vous venez de naître. Votre nouveau tuteur se chargera de vous pouponner, vous allaiter, vous élever et vous éduquer selon les valeurs de « sa » république, et vous laissera la possibilité de mieux vivre dans votre garderie bien gardée par ses miliciens.

Auriez-vous, cher nouveau-né, quelque chose à dire à ce sujet ? Ou bien vous faut-il être « politiquement correct », tenir un discours « neutre », équidistant, qui met le bourreau et la victime, le souverainiste et l’anti-souverainiste, l’occupant et l’occupé, « kellon yaani kellon », dans le même panier, de sorte à pouvoir vous vendre au plus grand nombre ? Gagner quelques sièges en vue de cohabiter, vous les « outsiders », avec les « outlaws » ?

Vous ne manquez certes pas de stratégie, pour de « nouveau-nés ». Il s’agit tout juste de faire abstraction du plus important – le problème national – et invoquer les problèmes sociaux, peu importe la nature de la société dans laquelle nous survivrons (ou sous-vivrons), ceci si nous pouvons encore parler de société libanaise au singulier.

Quant à faire justice à tous ces martyrs de la Révolution du Cèdre, bien ensevelis dans votre oubli collectif, ce n’est même pas le dernier de vos soucis, puisque ce n’en est même pas un, n’est-ce pas ? Vous n’avez cure de ce genre de justice.

Votre programme électoral n’inclura certainement pas des clauses qui ne font pas l’unanimité de la société civile, qui seraient perçues « si viles », telles que le recouvrement de la souveraineté nationale, le refus des armes illégales, du mini-État dans l’État, de la nouvelle tutelle, la condamnation des ingérences dans les affaires des autres pays, l’application d’une neutralité effective (et non mensongère), l’instauration d’un véritable État de droit… Car ces revendications, aussi légitimes, cruciales, voire vitales soient-elles, vous mettraient sur le diapason d’autres partis, d’autres candidats « honnis » par vous. Elles viendraient compromettre votre slogan fumeux, ci-haut mentionné.

Félicitations pour votre nom de baptême. À la confirmation, vous aurez pour nom « Li Baladoun », puisque sans le vouloir, grâce à votre équilibrisme, vous faites le jeu de « l’autre république ».

R.B.

 

 

 

Comments are closed.