À vous votre Libanais, à moi le mien.

À vous votre Libanais, chers sires,

Et à moi, mon Libanais, très cher ;

Votre Libanais sous votre empire,

Et mon Libanais fort, libre et fier.

À vous votre Libanais, énorme,

Et à moi mon Libanais, profond;

Votre Libanais de pure forme

Et mon Libanais dans son tréfonds.

À vous votre Libanais hors norme,

Et à moi mon Libanais normal ;

Votre Libanais est multiforme

Et mon Libanais est national.

À vous votre Libanais sectaire ;

À moi mon Libanais citoyen ;

Votre Libanais communautaire,

Séparé par des murs mitoyens.

À vous votre Libanais étrange ;

À moi, familièrement, le mien ;

Votre Libanais, loin d’être un ange,  

Et le mien, qui est homme de bien.

À vous le Libanais demi-teinte 

Qui importe des noirceurs en chœur,

Lui dont la libanité est feinte ;

À moi mon Libanais de tout cœur !

À vous votre Libanais raciste,

Infecté d’un poison microbien ;

À moi mon Libanais humaniste,

Bon Samaritain, tisseur de liens.

Votre Libanais fait des croisades ;

Mon Libanais, à moi, fait la paix ;

Le vôtre s’enfle en rodomontades ;

Et le mien, d’amitié se repaît.

À vous votre Libanais servile,

À moi mon Libanais souverain ;

Vos faux Libanais aux armes viles ;

Mes vrais Libanais aux bras d’airain !

Votre Libanais vient des peuplades ;

Mon Libanais vient d’un peuple uni.

Le vôtre va à la débandade ;

Le mien vit en groupes réunis.

Votre Libanais, d’instinct grégaire,

Fuit mon Libanais indépendant.

Le vôtre suit les seigneurs de guerre ;

Et le mien suit son Cèdre ascendant.

À vous vos Libanais « honorables »

Aux comportements déshonorants ;

À nous nos Libanais respectables,

À l’esprit civique et au cœur grand.

À vous votre Libanais horrible,

Retors, immoral et corrompu ;

Mon Libanais est incorruptible,

De rectitude jamais repu.

À vous votre Libanais qui jure ;

À moi, mon Libanais de plein droit ;

Votre Libanais qui se parjure

Et mon Libanais qui, en lui, croit.

À vous le Libanais d’autres terres ;

À moi le Libanais du Liban ;

Votre Libanais est adultère,

Et le mien est un drapeau flambant.  

À vous votre Libanais, chers sires,

Et à moi, en moi, mon Libanais ;

Votre Libanais, à vous, expire,

Mais mon Libanais, à moi, renaît.

R.B.

Comments are closed.