Affaire Benalla, affaire Banale.

 

Chers Français,

Vous qui êtes outrés, scandalisés – et à juste titre –  par l’affaire Benalla, venez prendre connaissance de nos « affaires » pour être consolés, rassurés et confortés dans le bon fonctionnement de votre système, de votre justice et de vos institutions, pour être fiers de votre démocratie, de votre civisme, de votre humanisme et de votre vivre-ensemble, satisfaits de votre bonne gouvernance, de votre intégrité et de votre transparence. Venez jeter un coup d’œil chez nous pour garder le moral, pour être fiers de votre État de droit et de respect des droits de l’homme, de votre État souverain, sans mini-État, avec une armée nationale, sans milice surarmée concurrente, avec des forces de sécurité légales, sans forces de facto illégales. Venez faire un tour ici pour avoir le vertige, voire la nausée, pour vous retrouver dans un autre temps, tutélaire et totémique, dans un « état second », dans une jungle où sévit la loi du plus fort. Comparez et soyez heureux de votre citoyenneté, de vos libertés, de votre indépendance, de votre faculté de vous tenir, en tant que nation, par votre propre « mainmise nationale » plutôt que d’être tenus par une mainmise étrangère, à l’aide de ses hommes de main locaux.

Venez faire la connaissance de nos « Benalla » à nous, aux mines patibulaires, nos fiers-à-bras, nos horripilants gorilles, et votre Benalla fera figure d’enfant de chœur !

Venez, voyez et sentez nos affaires, des plus récentes aux plus anciennes, qui n’ont même pas chatouillé nos responsables pour les faire rire, faute de pouvoir pleurer, ni fait sourciller le peuple m’en fichiste et oublieux : l’affaire Itani, l’affaire du décret de naturalisation, l’affaire des passeports iraniens non estampillés, l’affaire de l’exfiltration des assassins de nos militaires otages, l’affaire des 4 détenus syriens de Ersal morts pour des raisons « climatiques », l’affaire des victimes de balles perdues, l’affaire des guéguerres tribales dans la Bekaa, l’affaire des réseaux de communication illégaux, l’affaire du cyberespionnage (rapport « Dark Caracal »)…

Ceci entre moult autres affaires aigres ou juteuses, et sans compter les grandes affaires qui font brasser des affaires, telles que l’affaire de (con)gestion des déchets, l’affaire des empiètements sur les biens-fonds maritimes, l’affaire des carrières qui ravagent nos montagnes, l’affaire des mafias de générateurs électriques … et très bientôt l’affaire des navires-centrales et du gaz offshore.

Sans oublier – ou en oubliant – les dossiers des assassinats politiques depuis l’attentat du 14 février 2005, pour commencer quelque part, bien ensevelis avec leurs victimes, six étages sous terre. Des crimes parfaits par excellence, qui auraient conduit les inspecteurs Columbo et Hercule Poirot au suicide.

Venez voir, non pas le tabassage d’un ou deux manifestants par un représentant de l’État, mais de toute une population incapable de manifester, victime d’un empoisonnement graduel collectif – par voies orale, cutanée, nasale, auriculaire, oculaire, anale – consécutif à un massacre environnemental systématique et méthodique, qui va du littoral surchargé (de décharges) à la montagne éventrée, en passant par les plantations contaminées. Veuillez consulter les statistiques qui démontrent que le Liban enregistre le plus fort taux de cancers à l’échelle planétaire. De quoi faire du pays un immense laboratoire, et des Libanais des cobayes, à des fins d’amélioration des protocoles de traitement médical dont ils seront les derniers bénéficiaires en raison de l’extinction imminente de leur espèce.

Réjouissez-vous donc d’être nés sous une bonne étoile, qui ne pâlit pas au passage du smog, de respirer un air politico-atmosphérique propre, malgré des « nuages » passagers, et de conserver votre espérance de vie naturelle.

Voyez notre insouciance et notre insensibilité et ne soyez pas si exigeants envers vous-mêmes ! Sans toutefois vous départir de votre seuil de tolérance et de vos niveaux d’alerte. Vous avez un problème d’immunité ! Vous êtes trop sensibles à vos «péchés », qui sont si véniels comparativement à nos péchés si mortels. Voyez comme nous sommes anesthésiés contre la gangrène qui nous ronge ! Rien ne nous affecte plus.

Soyez fiers d’être un peuple, et non des peuplades !

Si cette affaire Benalla vous a secoués au point d’ébranler votre Présidence, qu’auriez-vous fait si vous aviez connu la plus banale de nos affaires ? Je suppose que vous seriez passés de la cinquième à la sixième République !

Voyez comme notre République est solide ! Malgré sa nature et sa culture bananières ! En effet, rien ne peut venir secouer ce bananier qui fut un cèdre. Aucune affaire n’a pu le faire fléchir, ou le faire frémir, aucune n’a suscité le moindre embarras, le moindre signe de faiblesse, de relâchement, le moindre acte de contrition, le moindre geste de bonne volonté. Aucune affaire, même la plus scandaleuse, aucune tempête, même tropicale, n’a pu faire ployer la plante, lui faire tomber une feuille, entraîner une démission, un limogeage, une enquête judiciaire, une reddition de comptes, une plainte collective, une complainte populaire…

Elle est solide, elle est dure, elle est puissante la banane libanaise ! Plus que la somalienne ! Et elle fait des petits !

R.B.

 

 

 

Comments are closed.