Appel au « Québec silencieux ».

Suite à la manifestation contre le projet de loi 21 sur la laïcité.

« Merci, Monsieur Charkaoui ! Qu’est-ce qu’on a vu lors de la manifestation de dimanche organisée par M. Charkaoui ? On a vu des fillettes voilées, des drapeaux de pays étrangers, des gens hurlant “Allah Akbar”, beaucoup d’anglais et beaucoup de faussetés sur des pancartes. Je suis absolument convaincu que les appuis au gouvernement ont dû grimper dans le Québec silencieux » (extrait de la chronique de Joseph Facal, dans Le Journal de Québec, le 11 avril 2019 ).

Monsieur Charkaoui mériterait davantage de remerciements si le « Québec silencieux » s’exprimait, non seulement par son refus de telles manifestations déphasées dans l’espace et le temps, et par son appui (bienvenu) au projet de loi 21 sur la laïcité, mais sur des questions sociétales, inhérentes à son contexte. Des questions, ou plutôt des problèmes, qui contribuent à fragiliser la société québécoise en particulier (et la nation canadienne en général).

En effet, le « Québec silencieux » semble être aussi « endormi » sur les questions suivantes, qui risqueraient, à long terme, de l’endormir en profondeur et de manière irréversible, à savoir :

  1. Son désistement de son identité culturelle chrétienne. Son déracinement de son terroir et de son histoire. Son anticléricalisme grandissant qui confine à de la christianophobie, laquelle se traduit notamment par l’usage des symboles chrétiens dans les jurons populaires (tabarnak, crisse, câlice, ostie, sacrament, cibouère…), et par la haine de l’Église et de ses prêtres, et ceci au moment où les « gens de M. Charkaoui » et les gens d’autres leaders communautaires vénèrent leurs dignitaires religieux et imposent le respect absolu de leur sacré auquel on n’ose s’en prendre – et à juste titre – car le sacré religieux doit être respecté, au même titre que le sacré profane.  Outre leurs mosquées bien pleines qui rendent, par contraste, nos églises faméliques.
  2. Son extrême permissivité sur la question des mœurs, qui conduit, lentement mais sûrement, à une dislocation, voire une dissolution de la société québécoise, préfigurée par un taux galopant de divorce (presque 1 ménage sur 2) et une natalité défaillante, tandis que les «gens hurlant Allah Akbar » enregistrent le plus fort taux de cohésion familiale et communautaire, doublé par un bon taux de fécondité.
  3. Les politiques d’immigration inadaptées (et « ouvertes », démesurément et dans tous les sens), avec des programmes d’intégration inefficaces, à en juger par les ghettos communautaires formés dans certains quartiers de Montréal et banlieue, symptomatiques d’un repli, voire d’une crispation identitaire, et d’une résistance (farouche) à l’insertion dans la société d’accueil.
  4. Des insuffisances ou lacunes dans la loi 101 de protection et de promotion de la langue française que l’on ne peut détailler ici, lesquelles permettent aux allophones et aux anglophones de passer entre les mailles de ladite loi, de bien vivre et travailler dans leur langue vernaculaire, et de négliger, voire d’ignorer, la langue véhiculaire de la société d’accueil. D’où les « tours de Babel » qui s’érigent dans les métropoles.

Sur ce, et pour ne s’en tenir qu’à cela, le « Québec silencieux » (plus urbain que rural) ferait mieux de mettre un bémol à sa haine atavique du clergé catholique, malgré ses défauts, ses abus, et ses « péchés » que l’on retrouve également ailleurs (et dans de plus grandes proportions), aussi bien dans le monde religieux que laïque, d’adoucir ses rancœurs historiques et de faire la part des choses, au lieu de jeter le bébé avec l’eau du bain (ou du baptistère). Qu’il considère la moitié pleine du verre, les apports et bienfaits spirituels, culturels, artistiques, scientifiques et éducatifs de l’Église. Il pourrait s’emplir de plénitude. Que le « Québec silencieux » revienne à ses origines catholiques, qu’il renoue avec la prière, avec la Sainte Trinité, sans toutefois se départir de Sainte Laïcité. À le faire, le « Québec silencieux » se sentira moins menacé par les minorités et se rendra compte qu’il est un « Québec catholique » dans une proportion d’environ 80%. 

Que le « Québec silencieux » élève la voix pour l’implantation de politiques et de programmes efficaces d’acculturation, pour une saine inclusion.

Qu’il réclame des politiques sociales de sauvetage de la famille québécoise, dont la maisonnée s’éclate de toutes parts pour mener la Maison à l’éclatement. Pour ce faire, que le « Québec silencieux » ressuscite ses valeurs chrétiennes, partant ses valeurs familiales, fondées, entre autres, sur la fidélité, le contentement, l’entente, le sens de la famille, de la discipline, de la bonne éducation… Qu’il ait recours au « sacrement » du mariage pour remédier à la désacralisation matrimoniale, si délétère. Et rien n’empêche, dans la même veine, qu’il reprenne goût aux autres sacrements pour se prémunir contre cet individualisme si mortifère, ce nihilisme si désespérant. Que le « Québec silencieux » se rattache au Verbe, qu’il réentende la voix du Cœur, du Sacré-Cœur, qu’il réemprunte la voie spirituelle et culturelle de ses origines, sans nullement se détourner de la voix de la raison laïque, ni de la voie rationnelle, pragmatique. Qu’il concilie – car elles sont conciliables – valeurs laïques et chrétiennes, tout en maintenant la saine séparation entre l’État et l’Église. Que les deux pôles, tout en œuvrant séparément, se réconcilient ! Que l’État-providence cohabite avec la Providence ! Cette dernière lui insufflera davantage de sagesse, de tolérance, d’amour et de bienfaisance. 

Que le « Québec silencieux », silencieux pour être trop bon, trop conciliant, trop hospitalier, se prononce pour un français encore plus fier, plus soutenu, plus répandu, plus « invasif », mieux réglementé, plus « ouvert », autant que sa société, et plus inclusif. Cette langue, ancestrale, historique, poétique, spirituelle, résistante, irréductible, serait le meilleur instrument de réconciliation avec « soi-même », et avec cet « autre »… soi-même.

R.B.

Liens de référence:

https://www.journaldequebec.com/2019/04/11/merci-monsieur-charkaoui?fbclid=IwAR0-mVL1Kryw8W4Xw4DY5Rkz2fElP1vDdV9sk24MMyhU2HxSMzCgsbDIHoQ

https://www.journaldemontreal.com/2019/04/07/des-centaines-a-manifester-contre-le-projet-de-loi-sur-la-laicite

Comments are closed.