Comment se sent-on, en tant que Libanais ?

 

Politico évoque notamment le Projet Cassandra, une campagne lancée en 2008, “après que la Drug Enforcement Administration (DEA) ait rassemblé des preuves que le Hezbollah s’était transformé d’organisation militaire et politique focalisée sur le Moyen-Orient en organisation criminelle internationale… (OLJ)

“Londres a un problème lié au Hezbollah”, rapporte l’International Business Times.

Comment on se sent, nous citoyens libanais, lorsqu’un parti se disant libanais, doté de députés, de ministres, de fonctionnaires et de conseils municipaux (outre d’armes illégales) « jouit » d’une telle réputation planétaire ? Réputation d’actes terroristes, de trafics de drogue et de blanchiment d’argent. Réputation non pas fondée sur des rumeurs, des racontars, des affabulations, mais sur des indices et des faits probants, sur des résultats d’enquête judiciaire et journalistique, pièces justificatives et témoignages à l’appui. Comment se sent-on, en tant que Libanais ? Se sent-on gênés, embarrassés, honteux ? Se demande-t-on comment on est internationalement perçus ? Notre honneur s’en ressent-il ? Ressentons-nous quelque chose ? Ou bien sommes-nous définitivement anesthésiés ? Ou vampirisés? Soumis ? Réduits à une forme d’esclavage ?

Comment se sent un certain public duquel est issue cette organisation mise au ban de la communauté internationale, voire de l’humanité, pour cause de terrorisme et de trafics illicites avérés ? Ce public se sent-il si « honorable » ? Honoré par, non seulement les actes de cette organisation, mais également ses mensonges ? Selon lesquels cette formation n’a rien à voir avec le trafic de drogue, contraire aux préceptes de l’islam, rien à voir avec le blanchiment d’argent, rien à voir avec les assassinats, encore moins avec celui de Rafic Hariri et ses compagnons (donc 5 membres sont formellement accusés par le TSL), rien à voir avec les ingérences subversives extérieures… Tout est complot, balivernes, fumée sans feu. Tous ont tort, se trompent, sont injustes ou de mauvaise foi : les Américains, les Britanniques, les Français, les Arabes, l’Union européenne, le Tribunal international, une bonne moitié de la population libanaise… Tous, sans exception, font partie du complot américano-sioniste et veulent la peau de ces innocents ? Ces victimes de rumeurs infondées dans le but d’empêcher ces « héros de la Résistance » (islamique, et non libanaise, tel que mentionné sur leur drapeau) de faire face à l’ennemi sioniste ? De libérer la bourgade de Chebaa ? La Palestine occupée ? Le Yémen ? Le Bahrein ? Le Koweit ? La Bulgarie où ils ont mené des opérations (attentat de Bourgas)? Libérer la Syrie des demandeurs de liberté ?

Et comment se sent cet autre public libanais ? Le public de l’autre rive ? Celui de feu 14 mars ? Qui était tout feu tout flamme ? Réduit en cendres, malgré le feu qui couve en dessous ? Ce public résigné, de guerre lasse ? Lassé par les « losers » qui l’ont dirigé pour le conduire à l’impasse, au fait  accompli ou à la soumission ?

Et comment se sentent-ils, ces « souverains » de la souveraineté perdue ? Ces perdants qui ont transformé notre rêve en une chimère ? Voire un cauchemar ? Qui ont « retué » nos martyrs (et les leurs !), qui les ont ensevelis dans les catacombes de l’oubli, de l’injustice et de l’impunité ? Qui siègent, si ce n’est avec la « branche armée », du moins avec le « tronc », les «racines» ou le « feuillage » qui lui sert de camouflage et de protection ? Se sentent-ils à l’aise ? Fiers ? Ont-ils bonne conscience ? Ont-ils une conscience, tout court ? Des principes qui nous dépassent, qui dépassent notre conception de l’honneur et de l’éthique ?

Que ressentent les « autres », les militants de la société civile ? Qui ont d’autres chats à fouetter ? D’autres priorités que les questions de souveraineté, de liberté, de dignité et de justiciabilité ? Que disent-ils, à part « kellon yaani kellon » (« tous c’est-à-dire tous ») ? Tous possèdent des armes illégales ? Tous sont des hors-la-loi ? Tous sont des assassins ? Des terroristes ? Des violateurs de la souveraineté nationale ? Des trafiquants de drogue? Tous ont commis des attentats ? Et des tentatives d’attentats ? Tous ont attenté aux figures souverainistes du 14 mars ? Tous ont tué Rafic Hariri ? Georges Haoui ? Samir Kassir ? Gebran Tuéni? Pierre Gemayel? Walid Eido? Mohammad Chatah? Wissam Eid? Wissam al-Hassan? Etc.? Tous? Pour que vous disiez, avec tant d’assurance et de véhémence, “kellon yaani kellon”? Que dites-vous de ces nombreux rapports internationaux, bien documentés, sur les agissements d’un certain parti au pouvoir? De ces actes formels d’accusation ? Qu’osez-vous dire ?

Et que disent – ou se disent – ceux qui sont alliés à cette organisation ? De longue date ? Ceux qui lui doivent leur fauteuil, leur siège, leur pouvoir, leurs privilèges ? Qui gouvernent avec eux, ou « sous » eux ?  Et ceux-là mêmes qui sont leurs victimes,  qui cohabitent et collaborent avec eux ? Traitent avec eux ? S’allient à eux, si ce n’est directement, par le biais de leurs alliés ? Qu’ont-ils d’autre plat à nous servir à part le prétexte fumeux de la « stabilité » ?

Et les autres, les neutres, les incolores, inodores et sans saveur ? Et ces autres de mauvaise foi, qui ne voient pas ou qui feignent de ne rien voir, que disent-ils aussi ? Comment se sentent-ils ? Lorsque leur conscience s’éveille dans leur sommeil ? Avant chaque réveil ? Se disent-ils au moins, chaque matin, en balayant cette idée noire de la main, que ce n’était qu’un cauchemar ? Faute de vivre ce cauchemar dans leur quotidien ?

R.B.

Liens de référence:

https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/

https://www.ibtimes.co.uk/london-has-hezbollah-problem-says-top-counter-terrorism-expert-1656642

https://www.lorientlejour.com/article/1096321/londres-a-un-probleme-lie-au-hezbollah-rapporte-linternational-business-times.html

 

 

 

Comments are closed.