Courant Pervers Lamentable.

La dernière “perle” du CPL … d’un long chapelet qui a pour gros grains le « pater pour tous », et pour petits grains le beau-fils pour lui-même :

Un parallélisme morbide entre un crime de guerre, à savoir un viol collectif de femmes par des soldats, et le combat contre la corruption, lequel devrait être, soit dit en passant, un « auto-combat », dirigé contre eux-mêmes qui prétendent en porter l’étendard. Seul un cerveau malade peut avoir l’idée d’un tel scénario sordide.

En effet, une telle « compa-dé-raison » entre des corrupteurs et des violeurs de femmes qui se sont senties « honteuses » et qui ont, pour camoufler l’opprobre, tué la seule femme qui a eu le courage de résister à son agresseur et de le « décapiter » (étant sortie en brandissant sa tête), ne peut qu’émaner d’un esprit à la fois tordu et pervers, lequel reflète l’état d’esprit qui gouverne ce parti. Esprit qui se dit, faut-il le rappeler, « chrétien », qui s’inspire de l’Esprit Saint, qui se veut le défenseur des chrétiens du Liban, voire de l’Orient. Il a donc pris soin de fonder son script scabreux sur des valeurs très chrétiennes.

Et ceci, sans compter une incohérence dans le « fantasme », les violeurs s’étant retirés du village sans s’enquérir de leur camarade manquant à l’appel, celui que la virago a égorgé.

Il faut quand même admettre que le brillant fabuliste a eu le génie de faire d’une pierre deux coups (au moins), en criminalisant non seulement les agresseurs, mais les victimes aussi, puisqu’elles ont tué à leur tour l’une des leurs. Outre que la victime des victimes, celle à laquelle le parti s’identifie, n’y est pas allée de main morte, usant des techniques de Daech. Le scénariste a poussé l’ingéniosité jusqu’à comparer les corrompus aux femmes violées! Ce sont elles les méchantes, dans le film!

Mais n’est-ce pas le même esprit vicieux et sexiste qui avait sommé les femmes, lors de la campagne de 2009, d’être belles et de voter ? Belles, certaines l’ont sûrement été, même si le parti pour lequel elles ont bellement voté ne leur a pas fait la part belle, ni dans le directoire de l’organisation, ni au parlement, ni au gouvernement.

Et pour comble de charité chrétienne, le CPL (selon le nouveau sigle de circonstance) s’est répandu, non en excuses, mais en une “mise au point” qui ressemble, par son ton, à une mise en demeure. Très fort, ce « Liban fort ».

R.B.

Comments are closed.