Dés-Embarquement vol 10452

 

 

Débarquez-nous de cet avion

Surchargé, qui a pris de l’âge,

Usé, pour que nous survivions,

Que nous évitions le naufrage !

 

Embarquez-nous dans un avion

Tout neuf, pour un plus grand voyage,

Vers le pays dont nous rêvions

Lorsque nous étions en bas âge !

 

Débarquez-nous de l’appareil

Branlant, et bon pour le garage,

Aux passagers masqués, pareils,

Mais qui ne sont pas de passage !

 

Embarquez-nous dans un vaisseau

Rêvé, pour d’autres paysages,

Qui porte sur l’aile le sceau

D’un Cèdre au florissant visage !

 

Débarquez-nous de ce fuseau

Qui fut un flambant fuselage,

Éloignez-nous de son museau

Carnassier, au puant pelage !

 

Embarquez-nous avec Noé,

Dans son Arche de sauvetage ;

Embarquez ce pays noyé

Vers de resplendissantes plages !

 

Débarquez-nous de ce vieux vol,

Avec son butin pour bagages ;

Qu’il débarrasse notre sol

Défiguré par leurs ravages !

 

Embarquez-nous dans un beau char

De paix, vers des mondes plus sages,

Des figures d’hier, sans fard,

À l’écoute du vieil adage !

 

Débarquez-nous de ce radeau

De la Méduse, de la rage,

Déchargez-nous de leur fardeau,

De leurs mensonges, leurs outrages !

 

Embarquez-nous dans un engin

Spatial, pour fuir l’aréopage

Hideux, et ce peuple qui geint ;

Se sauver des preneurs d’otages.

 

Débarquez-nous de cet oiseau,

De ce rapace si sauvage,

Qui pollue nos cieux et nos eaux

Et qui infeste nos rivages.

 

Embarquez-nous pour un ciel bleu,

Moucheté de chastes nuages,

À bord d’un être fabuleux

Qui verdira nos pâturages !

 

Débarquez-nous des pavillons

Étrangers, au mauvais mouillage,

Écumant sous les aquilons,

Conduits par un fol équipage !

 

Embarquez-nous vers un État

Qui règne, chez lui, sans partage,

Sans tuteur, sans mini-État,

Qui reste à l’abri des orages.

 

Débarquez-nous, embarquez-les,

Enfermez-les dans cette cage ;

Balancez, dans les airs, la clé

Et retardez l’atterrissage!

 

Embarquez ce train cafardeux,

Venu d’un vol à l’étalage :

Vol  1  0  4  5  2 ;

Internez-les, tournons la page !

 

Débarquez-les, embarquez-nous

Pour ce Liban qui est l’ouvrage

De Dieu ! Que l’on prie à genoux

De nous le rendre à Son Image !

 

R.B.

 

Comments are closed.