Dialogue avec le Christ, sur l’abandon.

 

  • Seigneur ! J’ai été abandonné !
  • Abandonné ? Par qui ?
  • Par…
  • Pas besoin de le révéler au grand public… je sais par qui… elle reviendra !
  • Elle reviendra ? Mais je lui ai fait du mal ! Je l’ai déçue !
  • Elle a bon cœur… et elle t’aime. Elle te reviendra ! Mais que sais-tu de l’abandon, mon ami ?
  • Je suis ton ami ?
  • Mais bien sûr ! « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis » (Jean 15 :15). Alors dis-moi, que sais-tu de l’abandon ? N’ai-je pas été moi-même abandonné ?
  • Je sais que tes disciples t’ont abandonné lorsque tu as été livré…
  • Ce n’est qu’un détail….c’est tout ce que les gens ont retenu… cet épisode… les disciples qui n’ont pas pu veiller avec moi au jardin des oliviers et qui m’ont abandonné durant ma Passion, à part celui qui m’a renié et celui qui m’a trahi. Mais j’ai été abandonné avant… et plus d’une fois…
  • Comment ça ? Où ? Quand ?
  • Apporte la Bible et viens t’asseoir ici, à côté de moi.
  • Voilà…
  • Ouvre le chapitre 6 de Jean et va au verset 66. Qu’est-il écrit?
  • Il est écrit : « À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner ».
  • Répète, à voix haute, que tout le monde entende !
  • « À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner ».
  • C’était avant Gethsémani, avant la Passion. J’ai été abandonné par bien des disciples, avant d’être abandonné par les Douze, ou presque.
  • Tiens, je n’y avais pas pensé… Abandonné par tous, malgré les miracles ?
  • Malgré les miracles, les guérisons de toutes sortes, la multiplication des pains, le changement de l’eau en vin, et même les résurrections de Lazare, de la fille de Jaïrus et du fils de la veuve de Naïn !
  • Mais comment ont-ils pu t’abandonner ? Malgré tous tes prodiges et tes bienfaits ?
  • Tu me le demandes ? Et il y en a d’autres cas d’abandon, rapportés et non rapportés. Il y a aussi ceux qui m’ont abandonné, depuis mon Ascension jusqu’à ce jour, et qui ne se comptent pas.
  • Comment ça ?
  • Tous ceux et toutes celles qui se sont détournés de ma Parole ou qui l’ont trahie m’ont abandonné, puisque je suis la Parole. Je suis abandonné tous les jours, et depuis toujours, à travers tous les abandonnés de la terre, les sans-abri, les mendiants, les laissés-pour-compte…
  • Mais est-ce qu’ils le savent ? Ils savent ce qu’ils font ?
  • Bien sûr ! Tout est écrit ! Ouvre l’Évangile selon Matthieu, va à la parabole du « Jugement des nations », chapitre 25. Que dit le verset 45 à ceux qui ont manqué d’assistance aux affamés, aux assoiffés, aux démunis, aux malades, aux pauvres et aux captifs ?
  • « Toutes les fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait ».
  • Alors ? Combien de fois ai-je été, suis-je et serai-je abandonné du monde, jeté à la rue, au cachot, méprisé, ignoré ?
  • Seigneur ! Qu’est-ce que mon sentiment d’abandon comparé au tien ?
  • Et ce n’est pas tout ! J’ai été abandonné par mon propre peuple ! Par celui-là même qui m’avait accueilli en roi à Jérusalem ! Il a, un peu plus tard, préféré Barabbas à moi !
  • Effarant !
  • Le seul moment où j’ai cru avoir été abandonné, où c’était une fausse alerte, c’est sur la croix, lorsque, saignant, à bout de souffle, j’ai demandé au Père pourquoi il m’a abandonné (Mc 15, 34 et Mt 27, 46). C’était ma part humaine qui expirait. Il m’a aussitôt ouvert les bras et, entre Ses mains, j’ai remis mon esprit (Lc 23,46).
  • Quelle désolation et quelle consolation !
  • Alors, tu te sens toujours abandonné, mon ami ?
  • Beaucoup moins… disons… pas du tout !
  • Pourquoi ? À cause de mon histoire, riche en abandons ?
  • Un peu, ça aide à oublier le sien… mais c’est beaucoup plus pour ta compagnie, puisque nous sommes là, à converser, Seigneur ! Puisque tu es toujours là ! Comment puis-je me sentir abandonné en ta perpétuelle présence ?

R.B.

Comments are closed.