Église catholique et pédophilie… et les autres cultes?

« Le diocèse de Québec effectuera le même examen que l’Archevêché de Montréal sur plusieurs milliers de dossiers de prêtres, afin de déterminer le nombre et la nature d’allégations d’abus sexuels commis sur des mineurs, de 1950 à nos jours » (TVA Nouvelles).

J’applaudis à cette initiative du clergé catholique québécois qui consiste à soumettre ses archives à un audit externe pour faire l’entière lumière sur ce côté ténébreux de l’histoire de l’Église, dresser l’état des lieux au Québec et identifier les ecclésiastiques et les laïcs suspects d’abus envers les mineurs. Cet examen est nécessaire et d’éventuelles poursuites et réparations exigées, mais…

Qu’en est-il des autres religions et des autres sectes, pour ne s’en tenir qu’au volet spirituel, le temporel n’étant pas facilement recensable ? Pourquoi donc, sur le volet religieux, c’est l’Église catholique qui est triée sur le volet ? C’est toujours elle qui doit s’autoflageller et se faire flageller sous les huées scandant « Crucifie-la ! Crucifie-la ! » ? Pourquoi est-ce toujours elle la « malheureuse élue » de l’opinion publique et des médias ? Leur souffre-douleur privilégié ? Pourquoi cette sélectivité médiatique ? Juridique ? Publique ? Pourquoi cette justiciabilité à géométrie et géographie variables ? Quid des autres églises ? Des autres religions, monothéistes, polythéistes, panthéistes, paganistes, laïcistes, hédonistes… ?

Et si cet « examen » s’étendait à tous ces autres cultes ? Quel serait le résultat ? Négatif ? Aucune anomalie ? Pas d’infection ? Dossier médical nickel ? Alors tant mieux ! Il y aurait de quoi s’en réjouir, mais que cet examen se fasse ! Qu’on ait le courage de l’entreprendre…ou de l’exiger ! Il serait rassurant de découvrir, suite à un « scan » entier, que les autres corps religieux sont complètement « sains », en plus d’être « saints ». Qu’ils sont tous, sans exception, exempts du virus pédophilique. On aimerait bien se consoler du fait que les églises protestantes, l’église des mormons, les temples des Témoins de Jéhovah, des sikhs, des bouddhistes, que les institutions judaïques, islamiques… n’ont aucun cas vicieux à déclarer. Que l’habit de tous leurs prêtres, révérends, ministres du culte est sans tache.

Que la Transparence lève donc les rideaux de tous les lieux de culte, pour nous montrer qu’on n’y a fait ni des lits, ni des nids. Que les dignitaires des autres religions et sectes prennent exemple sur l’archevêché de Montréal, sur le courage de l’archevêque, et lancent  la même « opération transparence ». Qu’ils soumettent, s’ils n’ont rien à cacher, leurs institutions à ce même type d’audit. Que l’on accable encore plus les prêtres catholiques par un constat de pureté chez tous les autres. Qu’on leur prouve que pas un pasteur, pas un rabbin, pas un cheikh, n’a été trouvé suspect d’actes pédophiles ou d’abus sexuels. On serait porté à se convertir à leurs religions (pour celles qui sont ouvertes à la conversion).

Mais on n’oserait ni le demander, ni même le quémander. Par accommodement raisonnable. Ce serait, en effet, déraisonnable de le faire. Ce serait injuste. Imprudent. Hasardeux. Le Multiculturalisme froncerait les sourcils. Nous ferions mauvaise figure, raciste et xénophobe. C’est à l’ancienne puissance coloniale, monarchique, d’être réduite à l’impuissance, de servir de bouc émissaire sur le bûcher de l’Inquisition républicaine, laïcarde. C’est à la calotte de porter le chapeau, pas à la kippa, ni au turban, ni au dastar… Le ventre mou, c’est vous, les cathos, vous qui avez bon dos.   

C’est à l’ancienne Domination  – catholique –  toujours dominante dans l’inconscient collectif, toujours opérante dans les us et coutumes, toujours présente dans les jurons populaires,  toujours arborée sur le drapeau québécois, toujours chantée dans l’hymne national canadien, toujours agissante dans l’espace public, toujours lisible et audible dans les noms de rue, toujours accrochée aux murs des mairies et parlements, aux frontons des monuments, toujours rayonnante sur le Mont-Royal, toujours carillonnante sur les clochers, et ceci malgré toutes les tentatives de neutralisation…c’est cette Domination qu’il convient de soumettre, de démettre, mais…

« Les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Mt 16 :18).

R.B.

Comments are closed.