Je n’ai que Toi….

 

Seigneur, je n’ai que Toi

Pour inonder mon vide,

Pour nourrir d’une Voix

Divine, un cœur avide ;

 

Je n’ai d’autre qu’un plat,

Le plat de Ta Parole,

Car l’Évangile est là,

Bien là, qui me console.

 

Tu me sers, chaque jour,

Durant tout mon carême,

Le mets de ton Amour

Conjugué en « je t’aime ».

 

J’aspire, en plein désert,

L’ambre de Ta Sagesse

Qui dissout mes travers,

Me met en allégresse ;

 

Je te suis, pas à pas,

Dans ta sainte retraite ;

Tes pas sont mon repas

Et mon cœur est en fête.

 

Je te suis n’importe où !

Car ton radieux Message

Que je trouve à mon goût,

Me rend plus gai, plus sage.

 

Je n’ai d’esprit qu’en Toi,

Par Ta Colombe jeune

Qui allège mon poids,

Me rajeunit d’un jeûne.

 

Et je subis Tes lois

Lorsque je tombe en panne :

Ta Science, à chaque Foi,

Tombe comme une manne.

 

Il suffit d’un frugal

Sermon, pris sous ta tente,

Pour faire mon régal,

Pour que rien ne me tente.

 

Je n’ai que Toi, Seigneur,

Que ta Larme versée,

Pour trouver la Fraîcheur

Durant ma traversée.

 

Je n’ai que Toi, mon Roi,

Pour couronner ma diète,

Ȏter ma faible croix

Et redresser ma tête.

 

Je n’ai que Toi, que Tout,

Lorsque dans mon errance

Je repère, partout,

Ton Étoile qui danse.

 

Par Ton Austérité

Mon âme est ressaisie ;

Et de ta Vérité

Elle se rassasie.

 

Je n’ai que Ta Mission

Qui fait ma plénitude,

Grâce à la privation

Et à la solitude.

 

Ton grand commandement :

Ta Charité, si chère,

M’apaise infiniment,

Tient lieu de bonne chère.

 

Ton délicieux appât

M’a fait prendre à ta ligne ;

Au-delà du trépas

Je vois flamber ton Signe.

 

Je n’ai que Toi, Seigneur,

Que ta table Nouvelle

Qui fait que mon gros cœur

Purgé, se renouvelle.

 

Je n’ai que Ton Bon Plat

Qui m’alimente même

En deçà, au-delà

De ce Joyeux Carême !

 

R.B.

Comments are closed.