Je t’accueille, Seigneur…

 

Je  t’accueille, Seigneur,

Aux portes de ma ville,

Toi le Libérateur

De mon âme servile ;

 

Je t’accueille en cette heure

Comme étant plus qu’un roi ;

Et ton regard m’effleure,

Et mon amour s’accroît.

 

Vers ta Nue je m’écrie :

Hosanna au plus haut

Des cieux ! Et je te prie

De me souffler ton Chaud.

 

Du haut de ta monture

Tu pénètres mon cœur ;

Tu guéris sa blessure

D’un rayon enchanteur ;

 

Je t’accueille, ô Seigneur,

Mais c’est toi qui m’accueilles :

Mes fleurons de douleur

Un à un tu les cueilles.

 

Dominant les rameaux,

Et d’un geste humble et calme,

Tu balayes nos maux

Avec les mêmes palmes.

 

Emporté par la foule

Tu caresses chacun,

Et tu tances la houle

Qui gronde en quelques-uns.

 

Ton Alliance m’entraîne

Durant la procession

Où tu sèmes les graines

Vives, de ta Passion.

 

Je te suis et m’enivre

Des pluies de buis béni

Par ta main qui fait vivre,

Et vivre à l’infini ;

 

Par ta main qui m’asperge

De tes Eaux, de tes Mots,

Qui rend mon âme vierge,

Portée sur tes Rameaux.

 

Je t’accueille, Seigneur,

D’un élan extatique ;

À travers les clameurs

Je reçois ta Musique ;

 

J’accueille ton sourire

En attendant ta Croix

Qui me fait déjà dire

Et redire : Je crois !

 

R.B.

 

Comments are closed.