Jésus sans-abri.

 

 

Ȏ mon Jésus couché à la moins bonne étoile,

Tout recroquevillé

Sur un banc vermoulu, d’une miteuse toile

Tu t’es bien habillé ;

 

Tu as fait de ce banc, dans ce parc, ta demeure !

Tu nous as invités

Là où le plus petit de tes frères demeure :

Dans la simplicité.

 

Mains jointes sous l’étoffe, en forme de prière,

Ton cœur de froid gercé,

Tu nous as envoyé un rayon de lumière

De tes pieds nus, percés.

 

Ȏ Jésus sans visage, ô toi la Sainte Face,

D’humanité épris,

Tu es redescendu et tu as pris la place

De tous les sans-abri ;

 

Tu as quêté pour eux, au gré de leurs errances,

Et comme eux, tu t’es tu,

Faisant montre de foi, charité, espérance :

Tes trois chères vertus ;

 

Pour eux tu as tendu la sébile ou ta coupe

Bien remplie de tes dons ;

Tu leur as apporté du pain et de la soupe

Et pour nous, ton pardon.

 

Apprends-nous à bien voir tous ceux qui ont pour couche

Un banc ou un grabat,

À bien te voir en eux ; qu’on s’approche et qu’on touche

Ta bonté ici-bas !

 

Ȏ mon Jésus couché à la si bonne étoile,

Si miséricordieux,

Nous voici réchauffés par ton immense voile,

Dans Ta Maison de Dieu !

 

R.B.

Comments are closed.