Lâchez-le, ce morceau! Montrez-nous ce poignard!

Cette bisbille entre les deux partis, FL et Futur, qui fait le régal des forces obscures de l’Axe, va conduire où ? À davantage d’effritement du camp souverainiste, par la main de certains cadres du Futur, et certains conseillers de son chef ? Où veulent en venir, finalement, les dirigeants du Futur, puisque c’est eux qui ont provoqué cette crise inter-partisane et ne semblent pas très portés à la résoudre ? À un « repositionnement » sur la place des anti-Martyrs ? À des alliances, politiques et électorales, directes ou indirectes, avec le camp « Merci la Syrie » ?

Qu’y a-t-il derrière cette charge du Futur contre le parti des FL qui a soutenu et épaulé « l’héritier », depuis son investiture en 2005 ? Qui l’a défendu en toutes circonstances ? Qui l’a accompagné même dans ses errances ? Qui a oscillé avec ses fluctuations ? Pourquoi cherche-t-on chicane à ce parti ? En vue de l’isoler ? Serait-ce à cause des deux principaux volets stratégiques de son agenda ministériel, l’un portant sur la distanciation effective, et l’autre sur la lutte contre la corruption ? Serait-ce en raison de son rôle de « watchdog » au sein du gouvernement ? De sa position sur le dossier des navires-centrales ? De son repérage des transactions douteuses ?  Serait-ce, aussi, en raison de la performance de ses ministres dans la gestion de leurs portefeuilles ? De leurs réformes et innovations ? Cette performance dérange-t-elle ? Fait-elle des jaloux, tandis qu’elle devrait faire des petits ?

On est en droit de se le demander, car force est de constater beaucoup de « faiblesses » et de « flottements » au niveau du leadership du Courant du Futur, pour des raisons plus économiques que politiques, et plus d’intérêt personnel que national. Cette « confusion » entretenue, vise-t-elle à camoufler une « collusion » ?

Et quelle est la position, non pas vague et équivoque, mais claire et univoque, du chef du Futur qui voulait « cracher le morceau » avant de se raviser, ou de le ravaler ? Et pourquoi laisse-t-il des membres de son entourage lâcher des fragments de morceau ? Mais lâchez-le, ce morceau ! Quel qu’il soit, il sera toujours moins énorme que les morceaux de couleuvre qu’on vous a fait avaler ; plus digérable que le boa entier de l’acte d’accusation du TSL qui a émis des mandats d’arrêt contre des suspects toujours en fuite et protégés par l’organisation à laquelle ils appartiennent, et qui siège impunément en Conseil des ministres. Cette même organisation accusée, le 4 novembre 2017, par le même intéressé, de « mainmise » sur le Liban… pour ne plus être coupable, au retour de démission, que d’ingérence extérieure. Autres temps, autres mœurs, du jour au lendemain.

Lâchez-le, ce morceau ! À supposer qu’il existe, il sera une pépite devant les « monolithes » qui ont jonché votre tortueux parcours, posés par les partis monolithiques qui ont fondu leurs armes illégales dans du béton ultra-armé.

Montrez-nous ce « poignard » planté dans votre dos ! Est-il aussi effilé, aussi sanguinolent, que celui qui fut planté dans le dos de votre père et de ses compagnons ?  Dans le dos des martyrs qui l’ont suivi ? Martyrs communs aux FL, au Futur, aux Kataëb et à tous les partis et groupements souverainistes ? Communs au mouvement du 14 mars auquel vous voulez porter l’estocade ?

Montrez-nous ce poignard ! Est-il aussi empoisonné que celui qui s’est planté dans votre dos pendant que vous étiez en visite à la Maison Blanche, en 2011 ? Celui qui a causé votre destitution et votre exil pendant une longue période ? Ce poignard à manche double, que deux partis ont conjointement tenu pour vous l’enfoncer dans le dos jusqu’à la garde ? Est-il à double  tranchant, ce couteau ? Semblable au couteau de votre allié « progressiste » qui, sous la menace des chemises noires, a préféré régresser et vous poignarder à son tour ?

Depuis vos accusations claires, votre démission entourée de flou, votre rétractation floue, vos déclarations floues, votre acceptation d’un compromis flou, ce sont vos positions qui sont devenues floues… et vos intentions plus claires. Il est temps de mettre un terme à la culture du flou, grand temps de dissiper le brouillard en commençant par enrayer ce  « brouillage » généré par votre entourage. Il est temps de mettre le holà à ces « brouilleurs » qui veulent tirer profit de votre brouille avec vos alliés naturels, de regarder en face ceux qui vous brouillent exprès la vue pour des visées suspectes, mercantiles.

Vous étiez le Sire de cette Révolution. Reprenez-vous avant de devenir un triste sire.

R.B.

Comments are closed.