L’Armée que nous voulons

Armée, nous te voulons unique et seule armée,

Seule armée du pays !

Nous te voulons pour tous, et de tous bien-aimée

Dans ton glorieux treillis.

Nous te voulons armée, à la pointe des armes,

Pour notre protection,

Et nous voulons t’offrir une fleur, une larme

De fierté, d’émotion.

Nous te voulons formée, à la peine, à la dure,

Aussi, à la douceur

Envers nous, qui voulons que notre armée soit sûre,

Qu’elle soit notre sœur.

Nous te voulons au front, tout au long des frontières

Poreuses par endroits ;

Nous voulons une armée encore plus altière,

Où le soldat est roi !

Armée, nous te voulons, sans nulle autre tutelle

Que celle de la Loi ;

Sans couleur partisane, ou bien confessionnelle,

Mais pour l’État de droit.

Nous te voulons, parfois, par moments, désarmée

Face à tes citoyens

Qui se sont soulevés, et n’ont que leur armée,

Réduits à presque rien !

Nous te voulons pour nous, nous te voulons des nôtres !

Toi, issue de nos rangs ;

Nous voulons ton appui, nous te voulons l’apôtre

D’un Liban vraiment grand !

Nous te voulons puissante, armée pour la patrie

Et pour tous ses enfants ;

Nous te voulons sensible au malheureux qui crie,

Au gueux que l’on pourfend.

Nous voulons ton amour, nous te voulons chérie

Par la population ;

Nous cherchons avec toi une nation guérie

De ses contradictions.

Nous te voulons l’amie, la mère et la compagne

Ȏ toi notre fleuron !

Nous voulons que ton cœur toujours nous accompagne

Surtout quand nous pleurons…

Oui, nous pleurons nos gens tombés pour un sol libre,

Comme aussi tes martyrs !

Nous voulons avec toi pincer la même fibre,

Émettre un même tir !

Nous clamons, nous aussi, loyauté, sacrifice

Couronnés par l’honneur ;

Nous rénovons ensemble un grandiose Édifice

Fait pour notre bonheur.

Comme toi, nous œuvrons et nous montons de grade

Pour toucher au salut ;

Notre cœur roule aussi au tambour des parades 

Et te fait le salut !

Armée, nous te voulons armée de nous, ton peuple

Et nous, armés de toi !

Afin que le Liban déserté se repeuple

Sous un harmonieux toit.

Nous sommes tous l’Armée ! Nous servons tous ensemble

Sous le même drapeau !

Après la dispersion, le Cèdre nous rassemble

Et trouve le repos.

R.B.

Comments are closed.