Lettre au Saint-Père concernant le « phénomène Medjugorje ».

 

Cher Saint-Père,

Nous, pèlerins du sanctuaire marial de Medjugorje, ou « lieu de pèlerinage » ou « lieu de prière », comme il plaît à la Curie romaine de définir ce lieu de culte, avons été vivement surpris par l’article de l’évêque de Mostar, Mgr Ratko Peric, publié sur le site de son diocèse le 26 février 2017, dans lequel Son Excellence prend clairement position contre l’authenticité des apparitions de Notre-Dame à Medjugorje, même celles des premiers jours, coupant ainsi l’herbe sous le pied du Saint-Siège auquel il appartient, en ultime instance, de statuer sur le bien-fondé des apparitions mariales.

Indépendamment des raisons et des motivations qui ont poussé l’évêque local à prendre les devants et rendre publique sa position, nous considérons que celle-ci ne peut refléter celle de Votre Sainteté à qui revient le « dernier mot » que nous attendons, impatiemment, depuis l’annonce de la remise du rapport de la Commission Camillo Ruini, en 2014, à la Congrégation pour la doctrine de la Foi qui vous a communiqué ses recommandations. Votre Sainteté avait d’ailleurs déclaré, lors de son retour de Sarajevo, en juin 2015, que la Commission, qui avait fait un « beau travail », avait remis les conclusions de ses quatre années d’enquêtes, et qu’une « décision était sur le point d’être prise ».

Après plus de deux ans de clôture des travaux de la Commission et de remise du rapport d’enquêtes, qu’il nous soit permis de demander à Votre Sainteté d’accélérer la prise de décision sur cette question afin de lever le quiproquo concernant le « phénomène Medjugorje », ou du moins d’éclaircir la situation car nous, croyants, nageons depuis des années, voire des décennies, dans le flou le plus total sur la question de la véracité des apparitions et des « visions » rapportées par les six « voyants ». Il convient aussi de reconnaître que nous sommes pris dans l’étau des luttes cléricales intestines et des avis « officiels » contradictoires à ce sujet, et ceci indépendamment des « fruits » spirituels et sacramentels recueillis du pèlerinage à Medjugorje, lesquels se traduisent par d’innombrables conversions, vocations, guérisons et par une ferveur populaire inextinguible pour les saints sacrements.

Et voici que ce « malentendu » atteint l’un de ses pics avec la récente déclaration de l’évêque de Mostar, laquelle a exacerbé les tensions paroissiales et semé le trouble et l’incertitude parmi les fidèles qui ne savent plus à quel saint se vouer dans cette affaire, et qui recourent, par conséquent, à Votre Sainteté.

En vous demandant de bien vouloir faire la vérité ou du moins apporter la « vraie lumière » sur ce phénomène qui évolue dans le flou, voire « l’obscurité », depuis plus de 36 ans, nous vous prions de croire, Saint-Père, à l’assurance de notre fidélité à la Sainte Église catholique et à notre dévotion à Marie, Mère de notre Dieu.

 

R.B.

Comments are closed.