MISERICORDIAS DOMINI

 

Taizé

 

Mais pourquoi donc, Seigneur, me persécutes-tu

Par tes dons, par tes grâces ?

De ton Esprit si Saint je me suis mal vêtu

Et j’ai brouillé tes traces.

 

Arrête de verser sur moi tant de bontés ;

Je n’en suis pas si digne

Car mon cœur vers ton Cœur n’est pas assez monté :

Il cherche encore un signe.

 

Et pourtant, ô Seigneur, tes générosités

Pour moi sont innombrables

Dans mes instants de joie et de morosité ;

Je suis impardonnable !

 

Ton seul Nom n’est-il pas le signe que j’attends ?

N’est-ce pas ta Parole

Qui a conquis l’espace et traversé le temps

Pour qu’elle me console ?

 

N’est-ce pas ce clocher, n’est-ce pas ce beau chant

Montant de nos chorales,

Et ces saintes statues au regard si touchant

Ornant nos cathédrales ?

 

N’est-ce pas cette Foi que chaque jour je vois :

La joie de ces fidèles

Entonnant ton Amour d’une immuable voix,

Rendant la vie plus belle ?

 

Pardon, merci, Jésus, d’avoir pris mon fardeau

En toute modestie

Et de m’offrir ton Cœur et ton Corps en cadeau

À chaque Eucharistie.

 

R.B.

Comments are closed.