NOTRE-DAME DE PARIS ET DE PARTOUT.

Notre-Dame tout en flammes,

Tu nous as fondus en pleurs,

Mais l’amour de notre Dame

A triomphé du malheur.

Tu vivras avec la flèche

Qui a transpercé ton Cœur,

Blessant notre cœur qui pèche,

Qui est rempli de rancœur.

Notre-Dame étincelante

De la nef jusques au chœur,

Plus que jamais enlevante

Malgré l’orgue qui se meurt ;

Malgré la nuit qui t’enlace

Tu resplendis des couleurs

Bariolées de la Rosace

Qui t’arrose de ses fleurs.

Notre-Dame, ta toiture

S’est associée aux sans-toit

Errant dans les sépultures

D’un monde étranger à toi.

Pour consumer notre drame,

Nous conduire au repentir,

Notre Dame, tu t’enflammes,

Et ton feu se fait sentir :

Il a rallumé la flamme

De la foi ! Chez tes enfants ;

Il a redonné une âme

Aux monuments qu’on pourfend,

Qu’on transforme en des musées,

Des galeries de beaux-arts

Aux statues désabusées,

Sabrées de rayons blafards.

Notre-Dame, ma Madone,

De Paris et de partout,

Ce Clou et cette Couronne,

Tu les as sauvés pour nous !

Ȏ Reine des cathédrales,

Ton trône tremble à dessein :

Paris a poussé son râle

Pour reprendre un esprit saint.

Des volutes de prières

Sont montées de ton brasier,

Ȏ Marie ! Ȏ notre Mère !

Tel un rosaire ou rosier.

Les flammes, comme des lames

Ont tranché le chant du coq,

Mais un air d’épithalame

Nous a soudés à ton Roc !

Et voici qu’une ample manne

S’est déversée en des dons,

Pour briser la longue panne,

Se dépenser en pardons.

Ȏ Pietà, ô toi la Vierge

De Pitié et d’Affliction,

Tu as rallumé les cierges

Éteints, de la compassion.

Notre-Dame de Marie

Tu as détourné nos yeux

Vers les vraies sources taries :

Les petites gens de Dieu !

Nous pleurons à chaudes larmes

Pour pouvoir éteindre un feu

Mais en vain, sans prendre l’arme

De ton Fils ! Son coupe-feu !

Lui qui nous a fait des frères

Par le sang de Sa Passion,

Qui nous a tracé une Ère

Éblouie de Résurrection ;

C’est du milieu des décombres

Que Sa Croix a resplendi,

Teintée de flammèches sombres,

Dont la langue nous a dit :

Allez ranimer les flammes

Des temples à demi-morts,

C’est là, la vraie Notre-Dame,

C’est là où sont les trésors.

Allez vers les maigres niches

Pour y restaurer mon Corps ;

Les pauvres vous rendront riches

Dans la Vie, après la mort.

R.B.

Comments are closed.