PRÉDICTION

porter_croix

 

Tu m’avais vu, ô Christ, ô Toi le premier-né

Qui, par l’Esprit du Père, as pu pour moi renaître

Lorsque ton corps glorieux sur la croix s’est fané

Pour avoir, de ses plaies, désaltéré mon être ;

 

Tu m’avais vu, Seigneur, dès le Commencement,

Même avant le néant, bien avant toute chose ;

Tu savais que j’allais, à travers ton Tourment,

Devenir, à jamais, un effet de ta Cause.

 

Tu savais mon chemin, mal tracé de ma main,

Mes bons choix, grâce à Toi, et mes mauvais choix libres,

Mes passions du moment, au triste lendemain…

 

Et mon laisser-aller, à perdre l’équilibre

Que j’allais retrouver, comme tu l’as prédit,

En empruntant ta croix qui mène au paradis.

 

R.B.

Amours et Lueurs (à paraître)

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.