PRODIGE AMER

 

Tu m’as rendu la vue

Ȏ mon Seigneur,

Et je passe en revue

Tout ce bonheur

Que j’ai raté, Seigneur,

Par mon errance,

Aux premières lueurs

De mon alliance.

Et mon album s’effeuille,

Et nos photos

Tombent comme des feuilles

Sous un râteau.

 

Je lève ma paupière

Pour voir son fard,

Et je fais ma prière

Un peu trop tard.

Mais je vis de la voir

Ailleurs, revivre ;

Ses échos viennent choir

Comme des vivres

Meublant ma solitude

Dont l’avenir

Gît dans la multitude

De souvenirs.

 

Et depuis que je vois

J’ai l’œil qui brûle,

Je réentends sa voix,

Ma vie recule

Vers les lieux habités

De sa présence

Lorsque ma cécité

Fixait l’absence.

Et mon regard s’élève

Vers les hauteurs ;

Je réécris un rêve

Par Toi, l’Auteur.

 

Tu m’as rendu la vue

Et le Regret

Qui sillonne mes rues

Et sans arrêt.

Ȏ Seigneur je te prie

De ne pas voir,

De me plonger à vie

Dans un trou noir

Ou d’adoucir d’amour

L’amer prodige

Pour que sur son retour

Mon œil se fige.

 

R.B.

Comments are closed.