STAVRO: LE DERNIER DESSIN.

 

Quand il est mort l’artiste,

Le grand dessinateur,

Une toile au teint triste

A perlé des hauteurs

Sur le monde de l’art

Qui a perdu sa piste,

Qui a perdu son fard,

Le plus gai sur la liste.

 

Il a jeté son encre

Vraie, qui n’a pas taché,

Mais il a levé l’ancre

Et il nous a lâchés,

Pour laisser des portraits

Plus vivants que leur être,

Et priver de ses traits

D’autres portraits à naître.

 

Quand il est mort l’artiste,

Le grand illustrateur,

Le caricaturiste,

Le Crayon enchanteur,

Le monde du spectacle,

Politiciens, acteurs…

Ont perdu un miracle,

Ont perdu leur auteur.

 

Quand il s’est désinscrit

D’ici, le photographe,

Après avoir écrit

D’un jet son épitaphe,

Des anges et des saints,

Attirés par l’offrande

De son dernier dessin,

Ont placé leur commande.

 

Et quand il est entré

Avec son pinceau leste,

Et d’un air concentré

Dans l’Atelier céleste,

Il fut pris de l’ardeur

Qui lui est naturelle

Pour « croquer » les splendeurs

De la Vie éternelle.

 

R.B.

 

 

Comments are closed.