Thérèse de Jésus

Envoie-moi, sainte Thérèse

De Jésus, de ton Époux,

Un simple brin de ta braise,

De ta prière à genoux ;

Un rai de ton oraison,

De ta flamme une étincelle

Qui éclaire ma raison,

L’ouvre à la vie éternelle !

Transmets-moi un petit ordre,

L’Ordre des Carmes déchaux,

Pour mettre ma vie en ordre,

Et mettre mon cœur au chaud…

Pour qu’il vole de ta plume,

Pour qu’il batte de l’Esprit,

Grâce au Verbe qui allume

À travers tes saints écrits !

Montre-moi, chère Thérèse,

« Le chemin de Perfection »,

Qui procure Paix et Aise

En dépit des afflictions ;

Qui conduit, dans l’allégresse,

Vers « Le Château intérieur »

Dont on embaume les pièces

De l’Offrande du Seigneur !

Ȏ toi docteur de l’Église,

Apporte la guérison

De l’âme, par la Mainmise

De Dieu, dans chaque maison ;

Dans chaque conscience en quête

De repos et de salut ;

Que l’on soit toujours en fête

D’avoir pour sauveur Jésus !

Toi si humble, qui enseignes

La connaissance de soi

Illuminée par l’enseigne

Du Christ, qu’en toi on perçoit ;

Du Ciel, où l’amour redouble,

On t’entend, comme un défi,

Souffler : « Que rien ne te trouble,

Ne t’effraie ; Dieu seul suffit ».

Tu décourages mes craintes

Ȏ Thérèse d’Avila !

Tu me dis que toute plainte

Se perdra dans l’Au-Delà ;

Ton cœur, percé de la flèche,

Dans ton « commerce d’amour »,

Vers mon cœur froid se dépêche

Pour l’y convier à son tour.

R.B.

Comments are closed.