UNE CRÈCHE VIVANTE!

01-saint-hilaire-harcouet

Sur l’interdiction des crèches dans les espaces publics en France.

  • Allô, bonjour Manuel.
  • Bonjour, monsieur le maire!
  • On m’a rapporté l’existence d’une crèche dans notre jardin public, sans doute aménagée en toute hâte par des chrétiens clandestins, à la faveur de la dernière nuit sans lune. Prière de prendre ta boîte à outils et d’aller la démonter, au plus vite. C’est une infraction grave à la loi. La police est avisée pour traquer les coupables.
  • Entendu, monsieur le maire. J’y vais tout de suite !
  • Allô, Manuel ? Où en es-tu ? C’est fait ?
  • Je viens d’arriver, monsieur le maire…je la cherche… Ah ! je viens de la trouver, dans la cavité, tout près de la fontaine… je m’apprête à donner mon premier coup de tournevis… mais attendez… je n’en reviens pas ! La crèche est animée !
  • Comment ça, animée ?!!
  • Les figurines sont réelles, de notre taille… toute la scène est réelle : l’enfant dans la mangeoire, sa mère, son père, un bœuf, un âne, deux moutons…
  • Et en plus des animaux dans le jardin public ?! Débarrasse-moi de tout ça immédiatement !
  • Excusez-moi, monsieur le maire, mais cette affaire dépasse mes prérogatives. Je suis appelé à démonter une crèche inerte et des objets inanimés, pas une crèche vivante, avec des sujets animés, en chair et en os… et rayonnants ! De l’enfant émane une drôle de lueur souriante… et la crèche baigne dans une lumière et une tiédeur à la fois vivifiantes et apaisantes… Les parents, à l’apparence et à la parure de l’époque, encadrent l’enfant de leurs bras et de leur tendresse… Je vois des mages approcher, portant des présents… C’est une reproduction exacte, mais vivante, de la crèche traditionnelle, en voie de disparition de nos radars !
  • C’est un coup monté par les chrétiens pour essayer de raviver la crèche en public et de contourner la loi ! Pour nous empêcher d’enlever la crèche ! Mais le signe ostentatoire est là, dans toute son évidence…
  • En effet, c’est un signe…
  • Et le parc pue certainement les animaux de ferme !
  • Pas du tout… Une odeur suave, agréable, mêlée à la myrrhe et à l’encens apportés par les mages, flotte dans la grotte et les parages.
  • Bon, je vais voir la préfecture… il faut agir vite avant d’effaroucher les visiteurs du parc…
  • Ah, je tiens à ajouter qu’au contraire, les gens ont l’air d’aimer le spectacle. Les curieux, au début amusés, ont fini par se laisser toucher. Leurs figures se sont illuminées, leurs mines se sont épanouies. Il y en a qui se sont agenouillés pour prier! Même les enfants sont comme assagis, attendris, émerveillés à la vue de cet enfant. Et de nouveaux visiteurs viennent grossir les rangs pour former maintenant un épais cordon protecteur. Il sera difficile maintenant de « démonter » cette crèche. Ces chrétiens futés font des adeptes !
  • Futés ? Foutus plutôt ! J’arrive avec mon propre arsenal ! Mais attendez… je reçois un appel d’une autre mairie… Allô ! Vous me demandez s’il y a une crèche vivante chez moi ? Oui, pourquoi ? Comment ? Chez vous aussi ? Quoi ! Dans la plupart des jardins publics de France ! Mais le monde est devenu fou ! C’est un cauchemar ou quoi ?!!
  • Monsieur le maire… plutôt que de vous emporter, prenez la peine de venir voir… pour vous faire une meilleure idée.
  • Je suis en route, avec la police !
  • Ah ! Vous voilà, monsieur le maire… Frères et sœurs, laissez passer monsieur le maire, s’il vous plaît !
  • « Frères et sœurs » ? Tu as de la famille ici ? Montre-moi cette crèche de malheur !
  • Alors, monsieur le maire ? Quelles sont vos premières impressions ?
  • Euh…je n’en sais rien… cet enfant me fait un drôle d’effet… bénéfique. Son sourire irradiant est désarmant… ou plutôt « armant ». On se sent comme…
  • Réchauffé, fortifié et sauvé, n’est-ce pas ?
  • Je n’en sais rien… en attendant d’en savoir plus gardez bien cette crèche. Protégez l’enfant et sa famille. Apportez à manger à tout ce monde…
  • N’est-il pas interdit de manger dans le parc, monsieur le maire ? En tout cas, si je puis m’exprimer pour eux, je crois que, comme moi, ils sont tous déjà rassasiés du Pain Vivant.

R.B.

 

 

Comments are closed.