VAISSEAU D’AMOUR

Un peuple s’est réveillé

Un jour, un dix-sept octobre;

Un peuple a appareillé

De son vaisseau simple et sobre ;

Fier et battant pavillon

Libanais, il rompt l’amarre ;

Sans craindre les aquilons,

Tenant à lui seul la barre.

C’est un vaisseau sans haleurs,

Sans sextant, sans capitaine,

Guidé des anciens malheurs,

Poussé par l’excès de peine.

De sa soif il fend les flots

En dressant fort ses antennes ;

Lui qui n’a pour matelots

Que la marée surhumaine !

Car il est le passager

Et l’onde son équipage ;

Son hymne est son messager

Et son nom : Liban-message !

C’est un vaisseau qui confond

Les confessions disparates

Et les clivages profonds,

Et aussi tous les pirates !

Il sème aux uns la torpeur

Et aux autres la lumière ;

C’est un vaisseau qui fait peur

À ces bâtiments de guerre !

C’est un vaisseau transparent

Et pourtant, partout visible ;

Monté par un peuple grand ;

C’est un vaisseau invincible !

Il fait, des droits, sa moisson

Et il a le vent en poupe !

Il pêche les gros poissons,

Et il les met sous sa coupe !

Il nargue tous les écueils

Et poursuit son beau voyage ;

Reçoit un chantant accueil

Des Libanais de tout âge !

Il longe le littoral

Du nord au sud, côte à côte

Avec le mont national

Qui passe en revue les côtes !

C’est le vaisseau d’un sursaut

Citoyen ! Hors des abysses !

Un vaisseau frappé du sceau

De la paix et la justice !

Il va, tanguant de fierté,

Sur l’ample vague qui danse

Au son gai des libertés,

Aussi, de l’indépendance !

Après une lente mort,

Du naufrage il ressuscite,

Pour accoster au bon port,

Au pays des réussites !

Et il prend tout son essor

Après avoir jeté l’ancre

Dans un nouvel âge d’or

Baigné de peinture et d’encre.

Des voiles de son drapeau

Voici qu’il étend les ailes !

Se fait une jeune peau

Pour devenir caravelle !

C’est le vaisseau de l’amour !

Qui attire et qui rassemble,

Qui embrasse et fait le tour

Du Liban, du vivre-ensemble !

Après un divorce amer

Ce vaisseau d’amour marie

Son ciel, sa terre et sa mer

Pour en faire une patrie !

R.B.

Comments are closed.