VIENT DE PARAÎTRE

Lien pour achat en ligne:

https://www.morebooks.de/store/fr/book/les-limites-de-la-qualit%c3%a9-totale-dans-l-enseignement-sup%c3%a9rieur/isbn/978-3-8381-8128-8

Article de présentation dans l’Orient-Le Jour:

http://www.lorientlejour.com/category/Campus/article/772857/Enseignement_superieur_prive_au_Liban+:_pour_une_approche_sociologique_clinique.html

couverture-livre.jpg

Enseignement supérieur privé au Liban : pour une approche sociologique clinique

Par Roula AZAR DOUGLAS | 11/08/2012

 

photo-presse.JPG

Ronald Barakat

 

Vient de paraître aux Éditions universitaires européennes « Les Limites de la “qualité totale” dans l’enseignement supérieur » de Ronald Barakat, doctorant en sciences de l’éducation à l’USJ. Un livre qui jette la lumière sur l’implantation du concept de la qualité totale dans certaines universités libanaises privées.
Qu’est-ce que la qualité totale en éducation ? Existe-t-il des référentiels normatifs spécifiquement conçus pour l’enseignement supérieur ? Quelles sont les universités libanaises pionnières dans l’instauration d’un système de qualité standardisé ? Que peut-on dire de l’implantation, par des universités anglophones au Liban, de standards qualité, tels que le service aux étudiants ? Autant de questions sur lesquelles s’est penché Ronald Barakat dans son dernier ouvrage qui était à l’origine un mémoire de maîtrise soutenu en 2010 à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).
Le concept de la qualité totale dans le milieu de l’entreprise, qui a pour but d’améliorer constamment tous les processus internes et externes qui contribuent au produit ou au service, fait intervenir des normes, des référentiels et des stratégies. Qu’en est-il de cette notion dans les établissements d’enseignement supérieur ? Ronald Barakat explique : «La norme ISO 9001:2000 en éducation est un calque adapté de la norme corporative ISO 9001:2000. Mais ce référentiel ne tenant pas compte des rapports sociaux particuliers au contexte universitaire, de la variabilité des rôles et des statuts, l’étudiant n’étant pas un simple client, mais un collaborateur qui participe à la vie interne de l’entreprise universitaire, et l’enseignant n’étant pas un simple fournisseur de service, il s’avère mal adapté à l’enseignement supérieur et à sa dynamique particulière. D’où la nécessité d’installer des dispositifs qualité propres aux universités, que l’on retrouve dans le référentiel de la MSCHE (Middle States Commission on Higher Education) appliqué par l’AUB, ou celui de la Neasc (New England Association of Schools and Colleges) appliqué par la LAU.» Des référentiels standardisés qui rendent possible l’étude comparative menée par M. Barakat entre la démarche qualité entreprise par le système anglo-saxon, à l’AUB et à la LAU, et la démarche qualité de l’USJ « dont la norme n’est pas clairement définie sous forme de standards bien établis et détaillés avec un cahier des charges spécialement conçu à cet effet ». M. Barakat ajoute : « De plus, l’analyse d’un standard particulier, qui est le service aux étudiants à l’AUB, a permis de relever les avantages concurrentiels de cette université par rapport au service aux étudiants de l’USJ, surtout en matière de diversité des services et de commodités à la population étudiante. »

 

Les limites:

« Il ressort des enquêtes que la démarche qualité, dans laquelle quelques universités libanaises privées sont engagées, n’est pas parvenue à implanter l’esprit qualité, à véhiculer les valeurs d’éthique, de tolérance et de convivialité parmi la population étudiante, ni par conséquent à résoudre les problèmes de violence dont les universités libanaises ont été le théâtre », affirme M. Barakat. Face à ces conclusions, le chercheur propose aux universités d’encadrer et d’accompagner la démarche qualité par la sociologie clinique «dont les techniques portent sur un déplacement subjectif des acteurs sociaux impliqués, vers un espace de représentations communes et de dialogue, et ce par l’action d’un pôle intermédiaire (le sociologue clinicien)». Ce qu’il convient d’appeler en termes sociologiques, selon le doctorant, «la subjectivation des rapports sociaux par la conversion empathique du regard ».
Finalement, une des questions importantes soulevées par l’étude est celle de savoir si le système qualité francophone (européen) de standardisation et d’accréditation est compétitif, comparé au système anglo-saxon (américain). «On y répondra par la négative en exprimant le souhait qu’une commission francophone régionale ou internationale de standardisation et d’accréditation soit formée, à l’instar des commissions universitaires anglophones », conclut Ronald Barakat.

 

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.